dimanche 24 juillet 2016

Rencontre avec l'auteur du Guide Ecofrugal dans un resto zéro déchet et végé friendly!

Oui, je sais, j'avais dit que le blog était à l'arrêt jusqu'à la rentrée, mais là, vraiment, il fallait que je vous raconte ça!!!

Tout a commencé lors du Festival Zero Waste qui a eu lieu les 30 juin, 1er et 2 juillet à Paris.
Non, je n'y étais pas, mais plusieurs de nos licornes (membres du groupe Facebook que j'administre: Gestion budgétaire, entraide et minimalisme) s'y trouvaient.
L'une d'elles a participé à un atelier animé par Philippe Lévêque, l'auteur du Guide Ecofrugal et lui a parlé du groupe.

Quelques jours plus tard, Philippe Lévêque m'a contactée via le formulaire de contact du blog. Il voulait me faire part de sa dernière initiative, les Rencontres Ecofrugales.
Il s'agit de rencontres organisées avec des personnes qui habitent à proximité afin d'échanger des conseils et de s'entraider pour avoir un mode de vie encore plus écofrugal. Sur le site, il y a même une carte Voisinage Solidaire pour trouver les rencontres près de chez vous ou en créer une!


Extrait:
"Vous souhaitez vous initier à l’écofrugalité? Organisez avec vos amis, vos voisins une Rencontre €cofrugale®:  le premier atelier collaboratif et gratuit pour vous permettre d’échanger entre particuliers vos bons plans pour consommer mieux!
Vous partagerez  vos bonnes adresses, vos trucs et astuces, vos bonnes pratiques économiques et écologiques: zéro déchet, circuits courts, économie collaborative, recettes de grand-mère, donc, troc, prêt d’objets…"

Je l'avoue, en recevant ce mail, mon estomac a fait un triple looping!!!
Non mais Philippe Lévêque, quoi, le Guide Ecofrugal, mon livre de chevet depuis des mois, la Bible de la licornitude!!!

J'avais demandé le Guide Ecofrugal au Père Noël qui me l'avait offert à Noël dernier, je vous en avais même parlé dans cet article!
Ce guide est super bien fait car il donne des milliards d'astuces écono/écolo dans des fiches classées par thèmes: logement, vêtements, enfants, etc...
Il est vraiment plein plein plein de ressources et je le potasse souvent, une fiche par-ci par-là! 


Mais bref, je m'égare et j'ai encore plein de choses à vous raconter!

Donc me voilà en train de discuter par mail avec Philippe Lévêque de son projet, de mon Groupe Facebook (qui va complètement dans le sens de ce qu'il fait depuis plusieurs années)...
Philippe a été intégré au groupe et a tout de suite adhéré à l'ambiance survoltée de licornes en folie qui y règne!


Mais ça ne s'arrête pas là!

Comme j'avais prévu un rapide séjour à Paris avant mes vacances, nous avons prévu de nous rencontrer!
Nous avons également invité Fabienne, qui est une administratrice du groupe avec moi.



Avec Philippe et son super Guide Ecofrugal!


Rendez-vous était pris au Simone Lemon!

La façade du resto: 30 rue Le Peletier, Paris 9ème


Simone Lemon est un restaurant avec un concept super: ils récupèrent les fruits et légumes non calibrés de producteurs locaux afin de lutter contre le gaspillage alimentaire!

Et EN PLUS ils luttent contre le gaspillage dans votre assiette également en vous faisant payer votre nourriture au poids.

Les plats se présentent sous forme de buffets:

Ici les entrées...

... et là les desserts!
 
Vous vous servez dans des assiettes et/ou des bols qui sont pesés à la caisse.
 
Simone Lemon n'est pas un restaurant végé, mais c'est une adresse que je recommande néanmoins aux végé car il est très facile d'y manger bien, tant pour les végétariens que pour les végétaliens.
Pour ma part, je me suis régalée de galettes boulgour/tomates séchées avec de la ratatouille maison, et d'une salade de fruits melon/fraises gariguettes/menthe en dessert!
Miam, c'était vraiment très bon!
 
Au niveau du PRIX, j'ai trouvé que c'était vraiment raisonnable.
Pour mon repas cité juste au dessus + un café, j'ai payé à peine 11€.
 
Avec Elodie, une des 2 fondatrices du Simone Lemon!
Oui je sais j'ai grave fait ma paparazzi!
Merci à Fabienne pour les photos!
 
Bref, une adresse vraiment sympa que je recommande!
 
Et alors, cette rencontre???
On a passé un super moment, vraiment, tous les 4 (Eh oui! Il y avait aussi mon fiston qui a adoré Philippe et voulait retourner le voir le lendemain!!!)
 
On a parlé de nos vies, celles d'avant (son enfance en Afrique, le début de sa vie professionnelle dans la finance, sa prise de conscience, son Guide Ecofrugal qu'il a d'abord auto-édité et son tour de France pour aller le présenter, non mais motivé le gars!!!) et celles d'aujourd'hui (il est consultant auprès d'entreprises pour les aider à réduire leur impact écologique et il fait également des conférences en lien avec l'écofrugalité)
On s'est trouvé plein de points communs (sa maman est assistante sociale, on oeuvre dans le même sens depuis des années sans le savoir). Eh oui, on attrape les gens par le porte-monnaie et on les transforme en licornes!
Philippe s'est également beaucoup intéressé à notre travail sur le groupe, au blogging etc... On sent une véritable sincérité et une grande motivation dans ce qu'il fait!
C'est un passionné, il y croit à fond!
Pas un seul temps mort pendant le repas (en même temps c'était un repas 100% piplettes...!), on a discuté à bâtons rompus tout le temps, et ça aurait pu durer bien plus longtemps!
C'est tellement appréciable de rencontrer des personnes comme nous!
 
Fabienne a dû nous quitter pour retourner à son travail, alors Philippe nous a invités le gnome et moi à venir prendre un café sur la terrasse de l'immeuble où se situe son bureau, à 2 pas de là.
Philippe prend son café à la machine dans son mug perso: yes! Bien joué Philippe! C'est très Ecofrugal!
 
En train de montrer les différents monuments de Paris visibles de la terrasse à mon loulou!


 
On a vraiment passé un très très bon moment!!!

Je ne suis pas revenue les mains vides!
J'ai demandé à Philippe un exemplaire dédicacé de son Guide Ecofrugal afin d'organiser un concours pour vous le faire gagner sur ma page Facebook "La Salade A Tout"!
Par contre, vous ne m'en voudrez pas mais je ferai ça la 2ème quinzaine d'août car je compte bien profiter de mes vacances!
Je suis très contente de pouvoir vous offrir ce Guide qui est une mine d'informations pour faire des économies tout en réduisant son impact écologique!
Mais ouvrez l'œil et vous pouvez dès maintenant "aimer" la page pour être informé dès que le concours sera ouvert!

Philippe en train de dédicacer le Guide Ecofrugal pour vous!
 
Alors, ça valait le coup que je sorte de mon silence pour vous raconter tout ça, non???
Je vous dis à bientôt, le blog reprendra du service à la rentrée de septembre!

dimanche 12 juin 2016

Un petit coucou - La pause continue!

J'en ai parlé sur ma page Facebook, puis je me suis souvenu que certaines lectrices de mon blog n'étaient pas sur Facebook!

Du coup je re-donne quelques nouvelles ici:

Ma pause bloguesque va continuer.
Peut-être même jusqu'à la rentrée de septembre.

Je suis très occupée et préoccupée en ce moment, j'ai beaucoup de travail, de réunions, et ce jusqu'à fin juin minimum de manière assez intensive.
Je n'arrive pas à suivre le rythme au niveau du blog!

Les grandes vacances ne sont pas la meilleure période pour bloguer pour moi, car je suis souvent en vadrouille, voire en vacances, et j'ai les gnomes dans les pattes!
J'attends ces vacances avec impatience car je sens que j'en ai vraiment besoin, et j'ai envie d'en profiter sans avoir à me préoccuper du blog!

Ceci dit, il est possible que je publie un article de temps en temps, au gré de mes envies ou du temps que j'arriverai à trouver durant cette période! 

Cette petite pause est également l'occasion pour moi de réfléchir au blogging, ce que ça représente, son utilité, la "notoriété", etc...
Quelques fois, quand les vues s'envolent, cela fait du bien de se remettre les pieds sur terre!

Pas d'inquiétude, c'est sûr que je reviendrai car j'aime trop ça,  partager mon chemin avec vous et me nourrir de vos retours!

Gros bisous et à bientôt! 

samedi 4 juin 2016

Je prends une semaine de vacances!

Comme je vous en parlais sur ma page Facebook hier, j'ai décidé de faire un petit break de quelques jours.
Plusieurs raisons à cela:

- J'ai eu une semaine difficile sur le plan pro/perso, donc je n'ai pas eu le temps de finaliser mes prochains articles.
- Il y a eu une petite crise sur le groupe qui m'a fait prendre conscience de certaines choses.
- J'ai besoin de souffler, tout simplement, j'ai besoin de faire des choses tranquillement, avec mes mains, cuisiner, aller au jardin avec mon mari, jouer avec mon fils, etc...

Le début de la semaine a donc été complètement chamboulé par un évènement imprévu, ce qui a donné le ton pour le reste de la semaine.
J'ai été par conséquent pas très dispo mentalement pour ma vie virtuelle, mais avec toujours ça dans une arrière-partie de mon cerveau, en mode "Il faut que tu fasses tes articles, celui de dimanche n'est toujours pas prêt, il faut faire ceux de la semaine prochaine, il faut que tu avances sur ton projet, etc..."

Bref, j'étais déjà secouée, et je me rajoutais de la pression et de la culpabilité!

Vendredi s'annonçait enfin comme la seule journée plutôt cool de la semaine, j'allais enfin pouvoir m'y mettre à fond, rédiger au moins 2 ou 3 articles pour être tranquille jusqu'au milieu de semaine prochaine (j'en étais à penser ça, oui!!!), et avancer sur mon projet.

Sauf que tout ne s'est pas du tout passé comme prévu!
Vendredi matin, dès le réveil, je checke le groupe, comme d'habitude, et là... c'est le drame, la cerise sur le pompon de ma semaine déjà pourrie: une petite crise, un début de révolte licornesque!
Je précise qu'avec le recul, et il est finalement venu très vite, tout cela n'est absolument pas grave du tout! Mais sur le moment, et avec la surprise, ça m'a fait l'effet d'une bombe.

Pour résumer, une toute petite poignée de personnes se plaignaient que le groupe était sectaire, qu'acheter des cagettes de légumes Lidl à 1€ c'est génial pour les petits budgets, et que si on ne comprend pas ça, c'est parce qu'on est trop élitiste et que finalement notre groupe s'adresse aux bourges bobo!
En parlant de bourges bobo, j'ai été accusée d'aller voler les vêtements des pauvres chez Emmaus alors que j'ai les moyens de m'en acheter des neufs (cf une publication de ma page Facebook où je montre mes derniers achats dans un magasin Ding Fring).
Je vais préparer un article sur le sujet d'ailleurs, car ça m'a interpelé et fait réfléchir.
Enfin, une personne parmi cette poignée de rustres licornes nous a dit à nous admins, que si nous passions autant de temps à aider les autres, c'était qu'on le voulait bien et donc notre problème.

Suite à cet évènement, et après avoir vu différentes choses avec les autres admins, j'ai décidé de prendre un petit peu de recul par rapport à ma vie virtuelle pendant quelques jours.

J'ai beaucoup réfléchi hier tout au long de la journée, et j'en ai tiré plusieurs conclusions:

- Je ne suis pas indispensable et le monde continue à tourner sans moi.
Sur ma page Facebook, une personne m'a dit quelque chose de très beau: "On est en marche, alors assied toi!"
Le groupe va continuer à tourner, la cause va continuer à avancer, tout ira bien.

- Une autre chose qu'on m'a renvoyée: "Tu ne nous dois rien!"
C'est peut-être bête et évident, mais je me rends compte que ces dernières semaines, je me suis mis une pression de malade sur les épaules, toute seule comme une grande!
Je me suis imposé coûte que coûte un rythme de 3 articles par semaine sur le blog.Il faut les écrire, prendre les photos, les mettre, diffuser les articles sur les réseaux sociaux et répondre aux dizaines de commentaires qui affluent ensuite.
Pourquoi?
Qu'est-ce qui va se passer si je décide de faire une semaine sans AUCUN article, et qu'ensuite je n'en fais qu'un ou 2 par semaine?
RIEN, rien du tout!

Je m'impose également de répondre à toutes les personnes qui me contactent par Message Privé par rapport au groupe, sur ma page, ou qui commentent le blog. Peut-être qu'un jour je ne pourrai plus, est-ce que ça fait de moi une mauvaise personne?
Avec le développement de mon blog, le nombre de vues qui augmente considérablement, le groupe qui augmente aussi, je reçois de plus en plus de messages, c'est normal.
Je crois que ma hantise c'est de devenir comme les blogueurs ou Youtubeurs célèbres qui ne répondent plus à personne, je trouve ça super snob!


- J'ai besoin de choses simples, je me nourris de choses simples, et j'ai besoin de me raccorder au moment présent.
Depuis quelques semaines, je mange blog, je cuisine groupe, je marche projet, je roule blog, je balaye groupe, je range projet, etc... J'ai l'impression de penser uniquement à ma vie virtuelle.

Ce n'est pas la 1ère fois que je vous dis ça, et je sais bien que c'est là un grand travers chez moi, je me laisse happer.
Or si je veux continuer à écrire, à partager et à communiquer avec vous, il faut que je retrouve le goût de me reconnecter à ma vraie vie.
Je ne veux pas être une blogueuse buldozer qui balance plein d'articles histoire de dire. Je veux qu'ils soient le reflet de ce que je suis et de ma vie.

Du coup, il n'y aura certainement pas d'article la semaine prochaine sur le blog.
Je continuerai à être présente sur ma page Facebook et de temps en temps sur le groupe, mais je vais essayer de décrocher un peu.


Il n'y a aucune tristesse dans ce que je vous dis, je ne suis pas en plein burn-out, je n'ai pas envie de tout arrêter, j'ai juste envie de me reposer un peu et de souffler, pour repartir sur de bonnes bases.
Et je lutte contre mes vieux démons de vouloir toujours en faire plus!


Peut-être que je profiterai de cette semaine off pour faire un peu de ménage sur le blog, en rangeant les derniers articles dans les bonnes rubriques!
... ou pas!

Une petite photo avec ma robe volée aux pauvres:



vendredi 3 juin 2016

Un exercice pratique concernant le minimalisme de la tête: vous partez 1 an avec moi???

L'autre fois je regardais une vidéo de Patrick Burensteinas, parce que c'est ma grande inspiration du moment et que j'ai trooooop envie de vous en parler d'ailleurs, mais je ne sais pas vraiment par quel bout prendre le truc.

Je ne peux que vous conseiller de regarder par exemple cette vidéo où il est filmé lors d'une conférence au Québec. C'est long, oui, mais franchement, si vous mettez un orteil dans cette vidéo vous allez vous faire complètement happer et vous ne pourrez plus décrocher!

Bref, je regardais donc Patriiiiiiiiiiiiiick dans une vidéo, mais je ne sais plus laquelle car j'en ai regardé plusieurs depuis, et à un moment, il propose l'exercice suivant:

Imaginez que je vous propose de partir tout de suite, là, maintenant pour un voyage d'un an. Pas de préparation de valise, pas de coup de fil à un ami, rien, on se lève et on part tout de suite.
Regardez maintenant ce qui se passe dans votre tête. Ca fuse dans tous les sens.
Tout ce à quoi vous pensez, c'est ce à quoi vous êtes attaché.

Vous savez à quoi j'ai pensé en 1er, moi?
Non mais j'ai super honte, en vrai!
J'ai pensé à mon travail!!! Je me suis dit: "Non mais attends, si tu te casses un an, comme ça, sans prévenir personne, tu vas te faire licencier, c'est sûr, et quand tu rentreras tu n'auras plus de travail!"
Je n'ai même pas pensé à mon fils ou à mon mari, j'ai pensé à mon travail!!!
Non mais c'est horrrrrriiiiiiiiible, sérieux!

Ca m'a mis une de ces claques, vous pouvez pas savoir!
(Comme tout le reste des vidéos de Patrick Burensteinas, ceci dit, on se prend une claque en moyenne toutes les 7 minutes, soit une révélation de la vie)

Donc, en gros, j'ai découvert qu'une des choses qui "m'attachaient", c'était mon travail.
Même pas mon travail lui-même, en plus, non, plutôt mon activité salariée.
C'est pas jojo...



*       *       *
Quand on débute sur la voie du minimalisme, la 1ère chose que l'on fait, c'est qu'on se désencombre.
On trie pièce par pièce, on enlève tout ce qu'on peut enlever, on donne, on vend, on jette.
Cette étape est salutaire et fait beaucoup de bien également à l'esprit.
Ensuite, on essaye de ne plus se laisser encombrer, et même si on peut parfois se faire avoir, grosso modo, on acquiert des réflexes qui font qu'on s'en sort de mieux en mieux (particulièrement le réflexe de refuser).
Aujourd'hui, je pense que je suis arrivée au bout, dans ma vie actuelle, de mon désencombrement matériel.
Bien sûr je pourrais vivre avec encore moins, mais j'ai atteint un point d'équilibre pour moi, dans le sens où ce que je possède ne m'encombre plus, donc je m'arrête là pour le moment.
PAR CONTRE, je me sens basculer sans vraiment l'avoir prémédité dans une étape suivante: me désencombrer l'intérieur de la tête!!!
Je sens en ce moment que mes lectures et mes influences me guident vers cela: m'alléger de tout ce qui m'encombre, et cela passe par une réflexion sur mes attachements.
La preuve qu'ils ne sont pas forcément là où on les croit!
Pourquoi est-ce que la 1ère chose qui m'est venue à l'esprit, c'est la peur de perdre mon travail?
Qu'est-ce qui se passerait si je le perdais, si je n'avais plus de revenu?
Est-ce que ça serait la fin des haricots pour autant?
Est-ce que je n'ai pas les ressources en moi pour retrouver du travail quoiqu'il arrive, me tirer de toutes les difficultés?
Qu'est-ce qui peut m'arriver de pire dans la vie? Est-ce que j'ai les ressources en moi pour y faire face?
Quelle est ma mission? Dans quelle état j'erre (ha ha ha)?
En bref, vous le voyez, ça mouline grave en ce moment, et je trouve beaucoup de réponses dans la spiritualité.
J'ai l'impression d'avoir beaucoup évolué ces dernières années au niveau concret de mon quotidien, et d'être en ce moment plus dans une avancée spirituelle.
J'ai pas fini de vous saoûler.
Je vous aurais prévenus.
*       *       *
Et vous, quelle est la 1ère chose qui vous est venue à l'esprit quand je vous ai demandé de partir un an?

mercredi 1 juin 2016

Blinis maison (végétaliens)

Voici une recette super simple, rapide et économique comme je les aime!!!

Vous ne mettez pas de sucre, ça vous fait des blinis, vous rajoutez un peu de sucre, ça vous fait des pancakes!

La recette:

- 300g de farine
- 2 cuillers à soupe d'huile
- 1 petite cuiller à café de bicarbonate avec un trait de vinaigre ou de citron
- 200 ml de lait végétal

Mettez l'équivalent d'une cuiller à soupe à chaque fois et faites cuire à la poêle avec un peu d'huile.




Voilà qui nous a fait un repas du soir avec de l'houmous maison, et du caviar d'aubergine et du confit de tomates (pas maison, qu'on nous avait offerts, mais ça me donne vraiment envie d'essayer le caviar d'aubergine, que même les enfants ont aimé, c'est pour dire!!!)
Accompagné de salade verte et de quelques crudités, c'était parfait!
Encore une assiette à moins d'1€!

dimanche 29 mai 2016

Gaspillage alimentaire: je me suis lancé le défi d'évaluer mon propre gaspillage sur 1 mois!

Selon l'ADEME, 79 kg de déchets alimentaires sont jetés par chaque français chaque année.
Sur ces 79 kg, 13 kg sont des restes de repas, des fruits et légumes abîmés etc... et 7 kg concerne de la nourriture encore emballée!

Ce qui est drôle (ou pas) quand on parle de cette question avec des personnes, c'est que tout le monde va vous dire: "Oh oui c'est terrible, vraiment honteux, moi je ne fais pas ça, et blablabla...!"
C'est comme quand on aborde la question des circuits courts pour faire ses courses: tout le monde dit que leurs courses sont faites chez des producteurs mais les grandes surfaces continuent de prospérer!

Il y a donc comme un shmol, et j'ai décidé de vraiment observer mon comportement vis à vis du gâchis alimentaire sans aucun filtre, juste à la lumière des faits réels.

Parce que oui, moi aussi, je faisais partie des français qui disaient: "Ah mais non! Le gâchis alimentaire: jamais!"
Vraiment jamais?
Madame Salade ne serait-elle pas aussi un peu mytho sur les bords?
J'ai voulu en avoir le cœur vraiment net!


La salade de la discorde, voir plus loin!


Dans cet article, je ne vais pas vous parler de mes déchets en globalité, ou tout du moins je vais juste vous en dire 2 mots. C'est plutôt le côté "gâchis alimentaire" qui m'a intéressée.
Pour mes déchets, comme vous le savez si vous me suivez sur le blog ou sur ma page Facebook, j'essaye de les limiter au maximum en achetant en vrac, en limitant la consommation de viande de ma famille (moi je suis végé) et en rentabilisant au maximum les aliments, notamment en cuisinant les fânes ou les épluchures.
Ainsi, je cuisine très souvent des pestos aux fânes (de carottes ou de radis), j'utilise également les fanes en  tartes salées, je récupère toujours les écorces d'oranges pour différentes utilisations:  orangettes, sablés aux zestes d'oranges,  thé maison à l'orange, en macération dans du vinaigre blanc pour fabriquer mon produit ménager, etc...
Je fais également régulièrement mon super gâteau aux peaux de bananes!!!
De plus, je n'ai pas tant d'épluchures que ça, car en achetant bio, on peut les manger sans problème!

Dans cet article, je ne suis plutôt intéressée au "gâchis alimentaire pur", c'est à dire aux aliments que je pourrais jeter alors qu'ils sont tout à fait consommables.


Mon compost


J'ai décidé de me donner un mois, du 20 avril au 20 mai, et de noter toutes les situations où j'ai jeté de la nourriture, ainsi que toutes les situations où j'aurais pu être amenée à en jeter, mais où j'ai réussi à esquiver!

C'est parti!

J1 Les courses doivent être faites le lendemain. Il reste à mon mari des yaourts périmés d'une semaine (15/03) Impensable de les jeter, il les mange!
J2
J3
J4
Nous avons invité des amis à manger le soir. Comme d'habitude j'ai fait à manger pour le double, voire le triple de personnes...! Nous avons donc fini les restes le dimanche midi, et même le lundi midi!
J5
J6
Le matin au petit dej, mon fistounet est barbouillé et n'a pas trop d'appétit. Il a bu environ la moitié de son lait végétal, et mangé la moitié de sa tartine pain confiture. Sa tasse de lait a été mise au frigo pour le lendemain, et la moitié de la tartine jetée.
J7 J'ai prévu un plat pour 2 midis mais j'ai encore fait trop! Le surplus est congelé!
J8
J9
J10
J11
J'ai décongelé de la viande pour ma famille le matin, mais en fait nous sommes partis en vadrouille et nous n'avons pas mangé à la maison. En rentrant en fin d'après-midi, j'ai tout fait cuire et ils l'ont mangé le lendemain.
J12
J13
J14
J15
Ouh la! Je me rends compte que j'ai 3 pommes qui commencent à s'abimer! Dès que je m'en rends compte, je les sors et nous les mangeons dès le prochain repas!
J16 Je me rends compte que j'ai du lait de vache entamé qui traine au frigo depuis une semaine. Je me sers du lait de vache uniquement pour faire des yaourts aux enfants, et il en reste encore. Tant pis, je refais une tournée de yaourts, ils seront mangés dans les 3 ou 4 jours à venir et le lait ne sera pas perdu!
J17
J18
Mes pommes de terre commencent à sérieusement germer! Je modifie mon menu pour les incorporer dans un plat le plus vite possible (le jour même). J'enlève les germes et go! J'ai appris il y a peu avec stupéfaction que des personnes jetaient les pommes de terre germées!

Le même jour: j'achète du tofu conditionné en 2 portions. Ce jour-là j'en cuisine une, et je congèle la 2ème. Le tofu supporte très bien la congélation et la décongélation!
J19
J20
J21
J22
J23
J'ai fait un dhal de lentilles corail et à la fin du repas il ne reste que même pas 2 cuillers à soupe: je le garde et je le mets dans un mini tuptup. Je l'ai fini le soir.

Oui, même pour une mini quantité, je refuse de jeter!
J24
J25
On m'a donné un petit bocal de crème de citron que j'ai proposé le soir avec des crêpes. Personne n'a aimé! Que faire de ce bocal entamé? Je ne me résous pas à le jeter, il finira en garniture de 2 mini tartelettes au citron.
J26
J27
J28
J29
J'ai fait des tartines d'houmous le soir et un petit bout de pain de 3 cm reste à la fin du repas! J'aurais du le garder pour le faire durcir pour mes lapins mais j'ai zappé: je l'ai jeté! (On le voit sur la photo de mon compost!)
J30 C'est le drame! J'ai fait les courses et j'ai acheté une salade dont plusieurs feuilles sont abimées! Mon mari pète une crise! L'équivalent de 3 feuilles sont jetées.



Les yaourts au bifidus de mon mari: motif de divorce!


Bilan de mon gâchis alimentaire sur 1 mois:
1/2 tartine avec de la confiture, un petit bout de pain et 3 feuilles de salade!

Je suis contente de constater que je n'hallucinais pas et que je ne suis pas une grosse mytho quand j'affirme qu'il n'y a pas de gâchis alimentaire chez moi.

Ce mois-ci j'ai vraiment pris des notes pour être le plus au clair possible, mais du plus loin que je me souvienne (OK j'ai une mémoire de Dory mais quand-même!), je ne me rappelle absolument pas avoir jeté de la nourriture comestible ces dernières années.

Après, ce n'est pas le tout de me la péter en vous montrant à quel point je suis une parfaite connasse, j'ai essayé de réfléchir à ce qui fait qu'on peut éviter au maximum le gâchis alimentaire.

Ce que j'ai mis en place pour lutter contre le gaspillage alimentaire à mon niveau:
- Je suis la reine de la congélation! Je congèle à peu près tout!
- Je cuisine pour 2 repas et je congèle le surplus.
- Je garde tous les restes et j'en ai strictement rien à secouer qu'on ne mange pas tous exactement la même chose à un repas: la priorité est de finir les restes!
- Je fais mes courses à la quinzaine, et à la semaine pour les fruits et légumes: ce que j'achète n'a pas le temps de se perdre.
- Je fais mes menus et j'achète en fonction: je sais que tout ce que j'achète sera mangé rapidement.
- J'en ai strictement rien à battre des DLC (Date Limite de Consommation), et encore plus des DLUO (Date Limite d'Utilisation Optimale). Je ne veux pas donner de conseils dangereux, je vous explique uniquement ce que je fais moi. Mon repère, c'est mon nez et l'aspect de la nourriture.
- Nous consommons peu de produits issus des animaux: avec les fruits et légumes, ce sont les aliments qui se perdent le plus vite.
- J'achète en vrac donc uniquement ce que j'ai besoin.
- J'organise mon frigo: quand je fais mes courses, je vide ce que mon frigo contient encore pour le remettre DEVANT et donc le manger en priorité.
- Je finis toujours ce qui est entamé avant d'ouvrir autre chose.
- J'ai beau faire un menu, celui-ci est flexible: si je vois qu'un aliment commence à montrer des signes de faiblesse, j'inverse des plats pour les utiliser en priorité.
- Mon point d'amélioration: cuisiner la juste quantité 

Le gaspillage alimentaire est un sujet qui me tient vraiment, vraiment beaucoup à cœur, que ce soit à un niveau moral ou à un niveau financier.

Comme je l'expliquais dans mon récent article sur Manger en pleine conscience, j'ai un sentiment de gratitude naturel et spontané envers le fait d'avoir assez de nourriture, et jeter des aliments consommables est pour moi une faute morale de la plus haute importance.Je préfère largement rogner sur mon petit confort et manger plusieurs fois la même chose plutôt que de jeter.
Des millions de personnes à travers le monde seraient ravies de manger plusieurs fois de suite le même plat.

Enfin, comme vous le savez, je suis très engagée sur l'aspect financier de l'alimentation, et il me semble que jeter de la nourriture est vraiment un acte qui plombe le budget de la manière la plus inutile possible.
Consommer juste ce dont on a besoin, voilà pour moi une des bases les plus élémentaires dans la gestion de son budget alimentation.

*       *       *
Et vous, prêts à relever le défi de noter votre gâchis alimentaire sur un mois? 

vendredi 27 mai 2016

Le jardin! Silence ça pousse!

Les plantations ont déjà bien commencé et il faut bien dire que je ne suis pas super à l'aise pour vous en parler en détail car c'est mon mari le jardinier de la bande, et moi je ne fais strictement rien au jardin!
 
Le mieux que je puisse faire, c'est de vous faire la liste de tout ce que nous aurons la chance de récolter cet été et cet automne:
 
- poireaux
- courgettes
- carottes
- tomates
- aubergines
- butternuts
- pois chiches
- cornichons
- concombres
- patates douces
- blettes
- haricots verts
- salades
- fraises
- framboises
- radis (on a déjà mangé les 1ers!!!)
 
Et quelques petits arbres fruitiers:
 
- pommes
- poires
- abricots
- citrons
 
D'après mon mari, ce printemps commence plutôt moyennement car des plants ont crevé, ils ont attrapé un coup de chaud dans la serre (non chauffée évidemment) et d'autres ont attrapé des coups de froid!
 
Nous testons également des nouveautés cette année, comme les patates douces, les pois chiche et les cornichons: à voir!
 
Nous n'avons pas du tout un immense jardin vu que notre terrain fait 400 m² mais l'Homme rentabilise au maximum l'espace.
Nous avons un potager d'environ 30 m² ainsi que des plantations le long d'une bordure, plus un bac créé artisanalement!
Je suis toujours épatée de voir qu'avec un si petit espace, il arrive à nous rendre autonome en légumes une bonne moitié de l'année!
Chaque espace est rentabilisé et il fait des schémas savants pour savoir quel légume peut être placé à côté de tel autre, pour se rappeler du plan de l'année précédente afin de ne pas remettre les mêmes choses au même endroit, etc...
 
Les enfants lui donnent souvent un coup de main et je trouve ça super!
 
Cela nous fait faire de sérieuses économies et je sens la différence sur la note des courses au début du printemps, jusqu'à ce que le jardin donne à nouveau!
 
Je me rends compte à quel point nous avons une grande chance de pouvoir faire un petit bout de jardin!
 







mercredi 25 mai 2016

Ma révélation: manger en pleine conscience, ça change la vie!!!

On va continuer sur la lignée des livres super inspirants que je lis en ce moment et que j'ai envie de partager avec vous!

Après La magie du matin dont je vous ai parlé la semaine dernière et qui a semblé énormément vous inspirer tout comme moi, au vu des nombreux retours sur les différents groupes, sur le blog, et sur ma page Facebook, aujourd'hui j'ai envie de vous parler de ce livre:





Quand je l'ai vu en librairie, malgré ma lutte contre les achats compulsifs, surtout de bouquins... j'ai juste sauté dessus sans me poser aucune question!!!

En effet, comment résister?
Il aborde plusieurs thèmes qui me sont chers: le bouddhisme, le rapport à l'alimentation sur son versant simplicité et minimalisme, et il est écrit par Thich Nhat Hanh, dont je n'ai lu qu'un seul livre pour le moment, "La colère", dont un passage a changé ma vie en me faisant aller vers le végétalisme (je vous en parlerai plus loin dans l'article).

Ce livre est un véritable petit bijou de simplicité et d'efficacité.
Aucune fioriture, des messages clairs qui vont à l'essentiel, il se lit facilement, se met en pratique facilement... tout ce que j'adore!


Voici les messages principaux:

■ Il est très facile d'utiliser le temps de repas comme un temps de pratique.

Même si dans la journée nous courrons dans tous les sens, nous sommes bien obligés de manger et de nous arrêter quelques minutes pour cela: plutôt que de mâchouiller distraitement en ruminant nos préoccupations, concentrons-nous vraiment sur le repas et la nourriture.

Je suis très attirée par la méditation depuis quelques mois, mais j'ai un cerveau récalcitrant, dans le sens où il ne s'arrête jamais de mouliner.

Pour les personnes qui me suivent sur ma page Facebook, vous avez d'ailleurs vu que je m'essaye actuellement aux petites méditations guidées le matin.

Manger en pleine conscience me semble être vraiment une bonne approche pour moi.


Essayons de nous connecter vraiment aux personnes qui mangent avec nous, et mangeons en pleine conscience avec eux.


Lire cela m'a fait l'effet d'un électrochoc car combien de vois j'ai avalé un repas avec mon fils en étant plongée dans mes préoccupations ou mes soucis, dans la gestion de mon planning de l'après midi, pensant à tout ce que je devais encore faire, etc...?


Combien de fois le soir, au dîner, avec mon mari, nous parlons de plein de choses, et souvent pas très gaies, pas du tout en rapport avec le repas, et nous ne nous rendons même pas compte de ce que nous avalons?

La pratique nous nourrit autant que les aliments eux-mêmes.
En mangeant, on nourrit son corps, en pratiquant, on nourrit son esprit.

Le moment du repas est particulièrement propice à développer un sentiment de gratitude.

Pensons à toutes les personnes qui n'ont pas assez à manger ds le monde.

Il ne s'agit pas de culpabiliser outre mesure, mais bien d'avoir conscience de la chance que nous avons et d'être reconnaissant pour cela.



Prenons conscience que pour qu'un aliment arrive dans notre assiette, il aura fallu que des dizaines d'éléments, de personnes, de phénomènes, entrent en jeu par un extraordinaire concours de circonstances.


Quand on mange un bout de pain, le blé a été cultivé par un agriculteur, ramassé, réduit en farine par un autre, commercialisé par un autre, il a fallu la terre, le soleil, l'eau.
A croire que la Terre entière s'est réunie pour que vous puissiez manger ce bout de pain!


Sur l'alimentation elle-même, Thich Nhat Hanh recommande de manger avec modération.

Il aborde brièvement les troubles alimentaires en disant que l'on cherche à recouvrir les émotions négatives par de la nourriture et que l'on devrait plutôt faire sortir et prendre soin de ces émotions.

Cela m'a rappelé son livre "La colère" que j'ai lu pourtant il y a plusieurs années et dont je me souviens bien malgré mon cerveau de Dory.

Il y explique qu'il faut prendre soin de sa colère, la prendre dans ses bras comme on prendrait un bébé. Ça m'avait marqué.



Enfin, le végéta*isme est sous-entendu à plusieurs reprises dans le livre mais abordé une seule fois directement.

Il doit bien sûr être favorisé dans le sens où il n'engendre pas de souffrance, est bon aussi pour la Terre et également pour notre corps.

Quand j'ai lu "La colère" il y a quelques années, je n'étais pas du tout en questionnement par rapport à mon alimentation et je ne me posais pas du tout la question du végétarisme.

Mais je me rappelle avoir été profondément heurtée par un chapitre où il détaille les origines de la colère, et où il aborde l'alimentation.

En effet pour lui, lorsque nous mangeons un animal qui a mal vécu, qui a été stressé toute sa vie, ou même qui a bien vécu mais qui a eu peur au moment d'être abattu, nous emmagasinons la colère et la peur à l'intérieur de nous.

Nous sommes ce que nous mangeons.

Lire cela à ce moment là pour moi a vraiment été une graine qui a été plantée et qui a poussé quelques années plus tard.
En effet, cela a été déterminant dans mon passage au végétarisme puis au végétalisme: je ne veux plus manger de la colère, je ne veux plus manger de la peur.

Et force est de constater qu'au bout de presque 2 ans, mon caractère et ma manière d'être ont profondément changé, je suis beaucoup plus apaisée, plus tranquille, plus confiante et plus forte.

Hasard?

* * *

J'essaye d'appliquer cette façon de manger en pleine conscience depuis que j'ai lu ce livre, c'est à dire une dizaine de jours, et ce n'est pas toujours facile pour le cerveau papillonnant qui est le mien, mais je m'accroche!


Je suis persuadée que cette pratique, bien que d'apparence anodine, peut être très puissante à plusieurs niveaux:
 
- Elle fait du bien à notre esprit en lui permettant de faire une coupure 3 ou 4 fois par jour dans nos activités quotidiennes. En prenant ce recul, nous sommes plus efficaces pour le reste.

- Elle fait du bien à notre corps puisque nous sommes connectés à nous-mêmes et nous savons ce dont nous avons besoin. Nous ne voyons plus les grignotages comme avant, nous pouvons perdre du poids et être en meilleure santé.

- Elle est bonne pour la planète car elle nous amène à manger des aliments de meilleure qualité et nous éloigne des aliments qui ne nous font pas du bien.

- Elle est bonne pour notre porte monnaie car elle nous reconnecte à la sensation de satiété et aux aliments qui sont bons pour nous, donc exit tous les grignotages et boissons sucrés et superflus. Lorsque l'on mange en pleine conscience, on mâche davantage et on mange moins.


Et vous, ça vous tente d'essayer de manger en pleine conscience?
 
 
 
 





dimanche 22 mai 2016

Pourquoi les licornes? FAQ et ce que vous devez absolument savoir sur vos admins!

Il est temps maintenant de clore cette petite trilogie sur l'envers du décor de l'administration du groupe "Gestion budgétaire, entraide et minimalisme"!

Après vous avoir:
présenté la Team Admins  
(avec le trombinoscope, hein, la classe!)
- puis vous avoir emmené avec nous en immersion 24h dans la vie des admins,
aujourd'hui on va découper ce 3ème et dernier article en 3 parties:

  • Je vais répondre à la question qui revient 50 fois par mois sur le groupe: "Mais pourquoi les licornes???"
  • Nous allons ensuite répondre aux questions que vous nous avez posées sur le groupe
  • Et enfin, je vais vous donner quelques infos capitales sur les administratrices

Pourquoi les licornes?

Vous avez dû remarquer que sur le groupes, nous sommes tous des licornes, avec quelques variantes dans la dénomination  (certains nous appellent les "monocornes", les cornus ou les équidés...)
En tant que licornes, évidemment, nous proutons des paillettes, et nous envoyons du pipi de licorne pour résoudre tous nos problèmes et pour apaiser les tensions.

Mais pourquoi les licornes?

J'aimerais pouvoir vous dire que nous avons beaucoup réfléchi à la question quand nous avons créé le groupe avec Herveline, et que nous avons choisi en toute conscience de nous identifier à cet animal mythique. 
Que la licorne est un animal symbolique sauvage, qui ne peut vivre que loin des hommes, qu'elle symbolise la pureté et le refus de se conformer à un moule.
Et qu'en plus sa corne est supposée avoir un pouvoir magique de guérison.

Mais en fait non... je ne peux pas vous dire ça...
Enfin, si on vous demande, vous pouvez répondre tout ce que je vous ai dit plus haut, mais puisqu'on est entre nous, je vais vous donner la vraie raison:

Lorsqu'Herveline a ouvert le groupe sur Facebook, il lui a fallu choisir rapidement la photo de couverture, et elle a pris la 1ère qui lui tombait sous la main.
Un petit poney licorne de sa fille.
Oui bon OK, comme ça, ça fait moins féérique et ça casse le mythe, donc ne l'ébruitez pas trop, on a une réputation à tenir.

Et donc quand au bout de quelques jours on a enfin eu le temps de se poser sur la question, et qu'on s'est dit qu'on allait trouver une bannière plus en lien avec le groupe: Patatras, tollé chez les licornes, les licornes présentes sur le groupe ont refusé que l'on change la photo de couverture!!!
L'identification était en marche, nous étions déjà tous devenus des licornes à l'insu de notre plein gré, et faire marche arrière était impossible!

Voilà, vous savez tout!

Passons maintenant au 2ème sujet!

Foire aux questions

La semaine dernière, quand je vous ai présenté l'article "24h dans la vie des admins" sur le groupe et sur ma page Facebook, je vous ai demandé si vous aviez des questions à nous poser.

En fait vous nous avez tous posé un peu le même genre de questions!

Comment recrutez-vous les admins?
Tout simplement en vous lisant! Comme je vous le disais dans l'article précédent, nous passons beaucoup de temps sur le groupe et nous repérons les personnes qui participent beaucoup.
Nous repérons également les licornes qui prennent le temps d'expliquer aux "nouveaux dans la démarche" l'esprit du groupe.
On se note ça dans un coin de notre tête, et quand le besoin de recruter un nouvel admin se fait ressentir, on en parle entre nous.
Nous avons généralement les mêmes idées et toutes les admins ont été recrutées à l'unanimité!
De plus, toutes les personnes que nous avons sollicité pour devenir admins ont dit oui. Aucun refus, c'est pas la classe, ça?

Comment gérez-vous votre temps entre le groupe, le fait maison, les conjoints, les enfants, etc...
Question subsidiaire: vos conjoints ne râlent-ils pas trop du temps que vous passez sur le groupe?
Le groupe nous prend énormément de temps, c'est un fait.
Après, Rezo et Audrey étant en congé parental, elles estiment avoir plus de temps.
Gaëlle utilise le temps qu'elle passe dans le RER pour aller à son travail.
Et les autres eh bien... on fait ce qu'on peut!
Comme l'a très justement dit Herveline quand je lui ai demandé de répondre à cette question: "J'essaye de me dupliquer mais ça ne marche pas alors je suis contente du fait qu'on soit 7 et que je puisse compter sur les 6 autres comme si c'était moi-même!"
Elle est chouchoune des fois (mais juste des fois).
L'avantage d'être 7 c'est que nous pouvons maintenant nous permettre de faire passer notre famille avant le groupe.
Comme le disait Audrey: "Je ne vais jamais refuser une sortie à mes filles pour être sur le groupe, je viens quand elles sont couchées".
Nos conjoints ne râlent pas trop dans l'ensemble et ils soutiennent notre démarche.
Perso le mien se fout de ma gueule H24 mais j'ai l'habitude: "Haaaan les copiiiiiiines! Regardez ma super recette pas chère et trop boooooonne!!!"
Bref.

Comment faites-vous pour celles qui travaillent à l'exérieur?
Ben on travaille, donc on n'est pas sur le groupe.
Il y a les pauses, les repas de midi, les soirs, les vacances, etc...
On n'a pas toutes le même rythme, y a celles qui commencent plus tôt, celles qui commencent plus tard, celles qui bossent en décalé, celles qui on t du temps en journée, celles qui sont plus du soir.
C'est super d'être à 7 pour ça!

Et maintenant le clou du spectacle:

Ce que vous devez savoir sur vos admins:

Je vous préviens, je balance, oui, je vais tout dévoiler en vrac (et bio!), parce que je ne peux plus me retenir, parce que j'en peux plus de bosser avec ces folles, parce que j'avais promis que ma vengeance serait terrible!

Savez-vous que:

- Herveline pète des plombs régulièrement et se met à chanter de l'espagnol en yaourt et nous mettre des liens des Gipsy King ou je ne sais plus quelle connerie juste pour nous emmerder, et surtout emmerder Rezo qui est prof d'espagnol?

- Que la charte du groupe est baptisée "la chatte" en hommage au jour divin où Gaëlle a commenté un comm' en disant "Direct dans la chatte!!!"
(merci donc dorénavant d'utiliser le terme adéquat pour parler de la charte)

- Que Fabienne nous dit au revoir et bonne nuit à 18h? On savait qu'elle était vieille, mais quand-même, il va falloir penser à sa retraite du groupe, on va ouvrir une cagnotte (ah merde, les cagnottes c'est HS sur le groupe...)

- Que Rezo vire systématiquement de la liste d'attente d'entrée dans le groupe tous les contacts d'Herveline? Elle trouve leurs profils chelou (hum hum, en même temps si c'est des contacts d'Herveline...)

- Que nous hésitons à interner Audrey qui nous parle d'esprits et de médiums? Bon OK, en fait on en parle toutes les 2 parce q'on est branché esprits et médiums avec Audrey.

- Qu'à chaque fois qu'on dit une connerie, Rezo nous répond "T'es pas conne, c'est les hormones!"?
Je pense que c'est un mantra qu'elle se répète à elle-même mais chut.

- Que ces folles dingues m'ont proposé de faire une vidéo de moi avec mon tee-shirt licorne, un pantalon en cuir, une veste en fourrure et plein de maquillage cracra sur la face pour que les gens puissent mieux s'identifier?

- Que Pauline a un terrible secret?

- Que Gaëlle est surnommée Sherlock car c'est l'enquêtrice de la bande et la traqueuse de profils?

- Que Gaëlle a un jour quitté son travail alcoolisée après un pot et que je n'ai pas fermé l'œil tant qu'elle n'était pas chez elle, que j'ai papoté avec elle tout le temps de son trajet en mangeant tout ce qui était mangeable dans ma cuisine?

Elles vont me tuer, je vous le dis, elles vont me tuer...

Voilà pour cette petite trilogie, j'espère qu'elle vous aura plu et je vous dis à bientôt sur le groupe!


vendredi 20 mai 2016

Crackers origan sésame végétaliens pour l'apéritif, faciles et pas chers!

Une petite recette de crackers pour l'apéro trop bonne, trop facile à faire et super économique, ça vous dit?


Il vous faut:
- 200g de farine
- 3 cuillers à soupe d'huile d'olive 
- 1/2 cuiller à café de sel 
- 1 cuiller à café d'origan séché  (j'ai ramené le mien de Crete, il est troooooooooop bon!)
- 2 cuillers à café de graines de sésame 
- 80 ml d'eau

Mélangez le tout et étalez finement sur une plaque.
Découpez au couteau des triangles, des carrés, des têtes de licornes, bref, ce que vous voulez.
Faites cuire environ 20 minutes à 190 degrés  (c'est prêt quand c'est doré)

Astuce: n'hésitez pas à les faire la veille, c'est encore meilleur le lendemain!

On fait les comptes: moins de 0,50€ pour l'équivalent de 2 paquets de crackers du commerce!